Volkswagen Golf GTE, le top de l’hybride rechargeable – 1ère partie

Golf GTE
VW Golf GTE (phase 1)

La Golf GTE … dire que ce modèle s’est fait attendre est un euphémisme. En quoi est-elle un véhicule à part et disons-le exceptionnel ?

Comme annoncé ici il y a quelques semaines je souhaitais partager mon expérience sur la Golf GTE que je conduis depuis un peu plus de 2 ans maintenant. Tout d’abord un peu d’histoire pour parler des raisons qui m’ont amené à la choisir…

Historique

Fin 2013 Audi annonce l’Audi A3 e-tron, une compacte hybride rechargeable hybride/électricité capable de parcourir 50km en tout électrique. L’idée séduit.

IAA 2013 Audi A3 e-tron (9834354246)
Audi A3 e-tron
A l’époque j’étais propriétaire d’une Audi A4 B8 (voir mon article ici) et en parle donc régulièrement à mon conseiller chez Audi. Pendant quelques mois je scrute la moindre news concernant l’A3 e-tron sur le net. Peu d’informations filtrent à son sujet. Jusqu’au début juillet 2014 où mon vendeur m’appelle pour m’inviter à un stage de conduite organisé par Audi France dans le cadre de l’Audi Driving Experience et qui doit se dérouler quelques jours plus tard au circuit de la Ferté Gaucher. Ce stage sera centré sur la présentation et l’essai de l’A3 e-tron à un panel réduit de clients. J’accepte immédiatement. Je passe rapidement sur cette journée de folie où se mêla briefing sur la technologie par les pilotes essayeurs Audi, essai routier sur près de 50km de l’A3 ainsi que pilotage sur circuit des Audi R8 et S1 (en plus d’un accueil au top). J’en ressors avec la conviction que l’hybride est l’avenir proche de l’automobile. Silence, puissance, agrément sont au rendez-vous. Le tout formant un mélange encore inconnu de ma modeste expérience automobile.

Fin Aout 2014 les commandes de l’A3 sont ouvertes. Evidemment les tarifs sont exorbitants malgré le bonus de 4.000€. Suffisamment pour me faire envisager la cousine roturière Golf GTE annoncée par Volkswagen début 2014.

Sur le papier la Golf semble en donner plus pour un prix nettement moins élevé. Le revers de la médaille étant une finition moins léchée qui me fait craindre une descente en gamme par rapport à l’A4. J’y reviendrai.

Je prends alors contact avec la concession VW qui n’en sait pas plus sur la sortie de la Golf. Je vais devoir patienter.

1er contact avec la GTE

Octobre 2014, salon de l’Auto de Paris. Elle est enfin là, en tôle et en boulons, cette Golf GTE tant attendue. Elle présente finalement bien et l’écart avec l’A3 n’est pas si grand que je le craignais.
L’offre se précise et la bonne affaire se profile, toutes proportions gardées à ce niveau de gamme.

Le 1er modèle de direction arrive en concession mi-novembre et le vendeur de VW me propose de me la prêter pour une soirée. Je vais pouvoir la tester sur le trajet menant à mon domicile et faire une évaluation complète sur ce terrain que je connais bien. D’emblée je retrouve l’agrément si caractéristique déjà goûté sur l’A3 e-tron. La souplesse en mode électrique donne l’impression de conduire une citadine malgré le poids supérieur à 1.5T. En mode hybride les 204ch sont bien présents et vous enfoncent dans les sièges baquet si l’on sollicite franchement l’accélérateur. Le moteur essence 1.4 TSI de 140ch n’est pas ridicule pour autant sur la GTE une fois les batteries vides.

Finition Golf GTE

J’en profite donc pour détailler cette Golf qui, traitée sportivement dans cette version, reste une Golf 7. C’est sacrément homogène. Etrangement, la présentation globale me parait meilleure que dans l’A3 par son côté plus cosy malgré quelques défauts :

  • tôle apparente au niveau des montants de portière VS enjoliveurs intégraux dans l’A3,
  • seuls les montants A (de pare-brise) sont recouverts de tissu VS tous montants sur l’A3,
  • les tissus semblent un peu plus rêches dans leur apparence dans la Golf, mais leur qualité apparaît solide,
  • un fond de coffre mal ajusté,
  • des haut de portière arrière en plastique dur alors qu’ils reçoivent un beau matériau pelliculé à l’avant (de qualité et d’épaisseur bien meilleure que dans l’A3 d’ailleurs),
  • le bas des contre-portes en plastique dur, ainsi que toute la partie basse de la planche de bord et la console centrale,
  • des poignées de porte en plastique dur et non pelliculées (mais au contact agréable tout de même)

Pour le reste  on retrouve :

  • un haut de planche de bord moussé à coeur,
  • une boite à gant floquée à l’intérieur,
  • un accoudoir central avant recouvert de tissu correctement rembourré VS simili-cuir dans l’A3,
  • des médaillons de porte généreusement garnis de tissu VS similicuir pour l’accoudoir et petit médaillon prolongé par une grille de haut parleur en plastique sur l’A3,
  • des bacs de portière avant et arrière moquettés pour le côté « top moumoute » (on retrouve désormais ceci sur le Tiguan 2 et d’autres modèle VAG comme les Skoda Kodiaq et Superb, Golf Sportsvan, …),
  • un ciel de toit anthracite au rembourrage satisfaisant et à la finition impeccable (VS Peugeot 308 par exemple, où ce ciel de toit parait simplement découpé et dont les bords ne sont pas ourlés)
  • un volant à méplat à jante épaisse et au cuir fin, très agréable au toucher.

Le sentiment général est d’avoir entre les mains quelque chose de très qualitatif. Pour avoir pu essayer les 308 et 3008, et même si Peugeot a réalisé de gros progrès sur les générations actuelles (surtout le 3008 2), on ne retrouve pas cette impression de robustesse. Cette Golf n’est pas si éloignée de l’A3 en terme de finition et la dépasse même sur certains points. Bref je me sens personnellement bien mieux à son bord que dans les autres modèles cités au dessus.

A suivre  : un peu de technique, le comportement routier, et le bilan de l’utilisation d’une hybride au quotidien. 

 

Cet article vous a plu ?

Alors abonnez-vous gratuitement à la newsletter et soyez averti de la parution des prochains articles !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Partages