Essai du Peugeot 3008

Peugeot 3008 2
Peugeot 3008 2

Essai réalisé en Janvier 2017

 

Modèle essayé :
Peugeot 3008 GT-Line Puretech 130 BVM6

Durée et conditions de l’essai :
Quelques km avec un vendeur, sur voie rapide principalement.

Vie à bord :
La version GT-Line est l’avant dernier niveau de finition est cela se voit : un équipement riche, une présentation sportive et un brin clinquante, sans tomber dans la caricature cependant. L’habitacle est comme attendu c’est à dire spectaculaire et plutôt bien fini. La volonté de montée en gamme se voit, à l’instar de la 308. J’aime les intérieurs chaleureux et j’ai donc beaucoup apprécié le tissu chiné doux sur le tableau de bord et les contre portes. Il y a plein de petites détails que l’on rencontre rarement désormais à ce niveau de gamme comme les bacs de porte avant floqués (sur GT-Line et GT seulement – par ailleurs moquettés sur la Golf à titre de comparaison), le revêtement souple du couvercle de boite à gants, plastiques « caoutchouteux » sur la console centrale, etc. Et aussi les mêmes tares du segment C comme la mauvaise habitude de réserver un traitement différent et plus bas de gamme au niveau des matériaux utilisés à l’arrière … Et sinon pourquoi du TEP et pas du cuir sur les sièges et contre-portes ? Déception à ce niveau donc. Globalement le saut qualitatif est bien présent mais ça reste un petit cran en dessous de la Golf 7. Bravo Peugeot pour les effort réalisés ! Côté ergonomie pas grand chose à dire sinon que le levier de vitesse tombe pile sous la main et que l’écran tactile est bien plus réactif que celui de la 308 (cf. mon retour d’essai sur le forum 308). Ce qui tempère un peu mon reproche quant à l’entêtement de PSA de supprimer les commandes classiques de ventilation. Merci également aux toggle switchs. Le petit volant à double méplat donne l’impression d’avoir un véhicule bien moins imposant et le iCockpit est bien lisible au dessus.

A la conduite :
Le 3008 est donné pour être la nouvelle référence se sa catégorie. Difficile de juger sur un si court trajet mais globalement :

  • le véhicule est très souple que ce soit au niveau moteur, commande de boite ou direction,
  • bon confort de suspension,
  • insonorisation soignée

Au final ce puretech 130 semble suffisant pour une conduite coulée et j’aurais aimé pouvoir le tester sur une plus longue période. L’agrément est réel mais évidemment incomparable avec la Golf GTE. Je suis également curieux d’essayer les autres motorisations que ce soit diesel (120 et 180ch) ou essence (thp 165). Et surtout avec l’EAT6 qui m’avait laissé sur ma faim sur la 308. Elle est très agréable mais pas sportive pour un sou, ce qui est dommage si l’on veut « arsouiller » un peu ou simplement doubler sereinement. Dans tous les cas si je dois prendre un 3008 il sera obligatoirement en EAT6 : une fois que l’on a goûté à l’automatisme et au confort que cela procure au quotidien c’est mission impossible de revenir à une boite manuelle.

Complément sur les 3008 du showroom Peugeot:
En sus du GT-line essayé il y avait un Active Business et un Allure. L’Active Business en donne déjà pour son prix. Je trouve le tissu des accoudoirs de porte très qualitatif et agréable, bien plus à mon sens que le TEP sur les autres versions. Par contre les inserts pseudo-carbonne sont assez vilains. En effet le choix est limité (je préfère le tout tissu ou mieux Alcantara 🙂 ) et l’on a malheureusement plus le choix dès l’Allure : c’est TEP/tissu ou cuir (excepté la GT qui propose un mix TEP/alcantara en série).M. Peugeot si vous pouviez penser à proposer une personnalisation de la sellerie et des inserts à votre clientèle il vous en serait gré.

Conclusion :
Ce 3008 démarre très très fort et à raison. Pour preuve le combo puretech 130/EAT6/GT-line sera difficilement disponible avant juin (on parle même d’Août désormais !). Le vendeur m’a confié n’avoir jamais vu des délais de livraison flirter avec ceux des SUV Audi par exemple. Il en était presque gêné 😀
Mais rien n’est parfait et il reste à mon sens quelques ajustements à réaliser : un moteur essence Puretech un peu plus pêchu, une boite auto plus réactive en mode sport (EAT8 ?) et des possibilités de choix de selleries et décorations plus larges. Mais globalement chapeau bas pour avoir osé sortir un design aussi décalé surtout à l’intérieur, pour la qualité générale et le niveau technologique bien au niveau de la meilleure concurrence.

Cet article vous a plu ?

Alors abonnez-vous gratuitement à la newsletter et soyez averti de la parution des prochains articles !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages