Essai Mini Cooper 3 portes (F56)

2014 MINI Cooper Hardtop -- NHTSA test 8758 - front

Essai réalisé le 4 Août 2017.

Modèle essayé :

Mini Hatch Cooper, 136ch, BVA6

Durée et conditions de l’essai :

Essai d’environ 20 mins sur un parcours varié, hors autoroute, et seul.

Introduction

Si vous suivez mon blog, vous avez pu constater que j’ai eu l’occasion de conduire quelques modèles de chez Mini dernièrement (Clubman Cooper D, S et JCW, Countryman Cooper D et Cooper SE). Il manquait pourtant un modèle à mon tableau de chasse : l’originale Mini Cooper Hatch (3 portes) type F56, essence de surcroît. Et c’est parti pour mon compte-rendu !

Il s’agissait donc d’une Cooper essence de 136ch en BVA 6. Cette boite est proposée sur les moteurs 3 cylindres de la gamme, et pour les 4 cylindres c’est la BVA8 qui officie. Prévenue par la conseillère qu’elle ne donnera pas toute sa puissance au vu de son faible kilométrage (80 km) me voila parti pour une balade sur le trajet désormais bien connu dit « circuit Mini » mêlant petites routes sinueuses, voie rapide et conditions urbaines.

1ère impression : bien que pas encore libéré, je trouve ce petit 1.5l plutôt nerveux et agréable, et bien secondé par la boite auto que je recommande vivement. Je suis plutôt convaincu par les 3 cylindres qui sont généralement de petits moteurs toniques et possédant une sonorité certes métallique mais agréable. Du moins à mes oreilles (je parlerais peut-être un jour de mon ex Smart Roadster, un vrai joujou).

En terme de comportement cette Mini est fidèle à sa réputation : direction et suspension fermes et virage à plat. Mais, et c’est nouveau, côté amortissement oublié le banc d’église qu’était la R56. On pourrait presque la trouver confortable. Et ceci sans trop sacrifier au caractère de la précédente génération. Merci à BMW d’enfin permettre au plus grand nombre de profiter de l’emblématique anglaise sans y laisser ses vertèbres ! Bref, on prend beaucoup de plaisir au volant. L’insonorisation est cependant moins travaillée que sur ses grands frères Clubman et Countryman qui font parti du segment supérieur (mais basé sur la même plateforme traction UKL, celle des … BMW X1 et Serie 2 Active Tourer). Mais rien de rédhibitoire, les progrès par rapport à la R56 sont bien présents. A vérifier cependant sur autoroute.

Finition

D’autant que l’ambiance typiquement Mini est bien présente. A l’intérieur c’est l’éloge du cercle et de l’ellipse. L’instrumentation encore plus typée BMW que sur la R56 apporte une touche de rigueur (rigidité diront certains) germanique mais surtout une qualité et une impression de robustesse accrue. On sent une véritable montée en gamme :

  • la planche de bord est rembourrée à coeur, ainsi que la partie inférieure allant des portières à la console centrale (rare à ce niveau de gamme),
  • les montant A (ceux de pare-brise) revêtus de tissu, ce qui n’était pas le cas sur la précédente génération.
  • le haut des contre-portes avant reçoit un matériau pelliculé jusqu’au bac de portière. Si ce dernier n’est pas très épais il a au moins le mérite de ré hausser la qualité perçue. Au niveau d’une Audi A3 je dirais. A noter que l’intégralité des contre-portes recevait un matériau souple et un peu plus épais sur la R56.
  • les accoudoirs de porte sont en plastique souple et suffisamment rembourrés,
  • de même que l’accoudoir central avant,
  • un volant revêtu d’un cuir fin de bonne facture,
  • des sièges ici en cuir de bonne qualité et qui maintiennent comme il le faut,
  • pas de tôle apparente sur les portières, vitres sans encadrement oblige (ce n’est pas le cas pour la 5 portes)

En revanche les parties suivantes sont moins bien traitées :

  • plastique pelliculé sur les contres portes et accoudoir en plastique souple, certes, mais aucun médaillon de portière en tissu ou cuir,
  • des plastiques durs en bas de planche de bord (partie sous le volant et couvercle de boite à gants),
  • un traitement des panneaux latéraux arrière toujours aussi désinvolte : plastique dur intégral, même sur les accoudoirs !
  • des montant A (de pare-brise) en plastique moulé reprenant la trame du ciel de toit. Renseignement pris sur Forum Auto, ceux-ci était recouverts de tissu jusqu’en 2016, et c’est encore le cas si l’on dispose de l’option Harman Kardon. Pingre.
  • … tout comme les montants centraux en simple plastique imitant une trame tissu
  • des gros boutons de climatisation qui font un peu « cheap »
  • même remarque pour le tachymètre et la jauge à essence (note : ces 2 éléments ont été revus et améliorés pour les modèles entrant en production à compter de mai 2017)

Pour le reste on retrouve la plupart des fonctions présentes sur les Clubman et Countryman : iDrive (mieux positionné que sur le Clubman, mais moins bien que sur le Countryman), accoudoir central, sélection des modes de conduite via le sélecteur rotatif à la base du levier de vitesses (pas toujours aisé à manipuler – remplacé sur les modèles depuis juillet 2017 par un interrupteur à bascule sous les commandes de clim), ACC, etc. Ce n’est pas une Mini au rabais d’un point de vue technologique !

Conclusion

Cette Mini Hatch surprend par son pétillant petit moteur, son bon niveau de confort, sa finition et son équipement. C’est le plus petit modèle de la gamme mais ce n’est pas une Mini au rabais ! On trouvera certainement la version Cooper S et ses 192ch plus appropriée mais cette Cooper et déjà largement suffisante pour se faire plaisir. D’autant que nous sommes chez Mini et que vous pouvez façonner un modèle unique, moyennant finances bien entendu.

Cet article vous a plu ?

Alors abonnez-vous gratuitement à la newsletter et soyez averti de la parution des prochains articles !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages